Little Escape

En passant par Potsdam

Les cartes ouvertes sur nos écrans, l’itinéraire de l’Eurovélo 2 sous nos yeux, nous étudions la route à emprunter pour rejoindre Berlin à vélo. La véloroute des capitales traverse Potsdam, une ville encore inconnue pour nous, mais qui suscite notre intérêt, tant on en a entendu parler. L’occasion est belle, une halte s’impose.   

Nous arrivons en fin de matinée dans la capitale du Brandebourg. La route est agréable, nous longeons plusieurs lacs et la rivière Havel avant d’apercevoir une architecture plus citadine. Nous avons rendez-vous en fin de journée avec Ulrike, notre couchsurfeuse, ce qui nous laisse tout l’après-midi pour pédaler dans les rues de Potsdam et découvrir son riche patrimoine historique. 

Nous commençons notre visite par le fameux palais Sanssouci et son parc royal. La bâtisse jaune domine largement l’horizon. Hissée en haut des marches, sur la terrasse, elle surplombe les vignes en contrebas. Nous marchons dans l’enceinte du parc, en poussant nos vélos chargés, jusqu’au Neues Palais (le Nouveau Palais). Sur notre chemin, nous croisons de nombreuses statues, un moulin hollandais et d’autres curiosités. La démesure des édifices nous captive. Les rois ne faisaient pas les choses à moitié !

 

Potsdam

Palais Sanssouci

 

Potsdam

Neues Palais

 

Nous remontons sur nos vélos pour sortir de cet immense parc, nous n’avons surement pas fait le tiers mais Ulrike nous attend. Nous filons dans la rue piétonne de la ville pour trouver un petit cadeau à offrir à notre hôte et ses enfants. En nous dirigeant vers son habitation, nous passons à côté du siège du parlement du Land de Brandebourg. Sa couleur rose ne laisse pas indifférent et sur la façade, l’inscription “Ceci n’est pas un château” rappelle les œuvres de Magritte.

 

“Ceci n’est pas un château”

 

Nous arrivons chez Ulrike. Elle joue dehors avec son fils ainé et nous accueille chaleureusement, ainsi que ses deux garçons. Notre première expérience de Couchsurfing commence à merveille. Le soir nous mangeons tous ensemble. Pendant qu’Ulrike cuisine, nous allons chercher une bouteille de vin, une bière et de l’eau dans le REWE du quartier. Nous dégustons le tout autour d’un repas végétarien et parlons longuement de Potsdam, de Berlin, de la France, de Voyages, de nos vies, avec nos verres de blanc et à la bouteille étiquetée d’un vélo. 

Le lendemain matin, par un temps gris, frais et brumeux, nous sortons avec nos vélos allégés de 30 kilos dans les rues de Potsdam. Les sacoches sont encore chez Ulrike, nous irons les récupérer plus tard avant de partir pour Berlin. Nous allons à l’office de tourisme récupérer une carte pour établir un petit itinéraire découverte grâce aux conseils de notre hôte, reçus la veille.  

Nous commençons par la place du vieux marché (Alter Markt), place centrale dans le vieux Potsdam, où se situent le château de la ville, l’église Saint-Nicolas et un ancien bâtiment de l’université qui tente de résister à la démolition face au programme de rénovation de la ville.

 

Eglise Saint-Nicolas

Ancien bâtiment universitaire

 

Potsdam abrite non seulement une architecture impressionnante mélangeant différents styles, mais aussi plusieurs quartiers typiques, comme le Holländisches Viertel (quartier hollandais) où s’enchaînent les maisons à briques rouges de part et d’autre des rues pavées. On peut même y manger les fameux pancakes chez Poffertjes en Pannekoeken.

 

Potsdam

Quartier hollandais

Quartier hollandais

 

Un peu plus au Nord, on part en Russie avec l’ancienne colonie Russe Alexandrowka. Le village fut construit en 1826 à la demande Friedrich Wilhelm III pour y abriter des chanteurs russes intégrés au 1er Régiment de la Garde prussienne. Les maisons en bois aux allures de datcha nous plongent directement dans le pays des tsar, dans une ambiance bucolique avec la verdure qui arbore les maisons et les fleurs qui décorent les devantures. Certaines habitations sont encore habitées, d’autres ont été transformées en musée, salon de thé ou restaurant et dans la forêt à proximité se trouve une église orthodoxe.

 

Quartier russe

 

Dernier détour par le parc de Babelsberg avant de chercher les sacoches. Un écrin de verdure de plus de 120 hectares aux abords du Tiefer See. Pas de chance pour nous, le temps s’est considérablement dégradé et la brume conjuguée à la bruine ne font pas bon ménage pour une balade dans ce parc, pourtant très convoité des potsdamois. De retour chez Ulrike, personne à la maison mais un petit mot sur nos sacoches “Bon voyage” et un pot de confiture maison avec l’étiquette de la bouteille de vin de la veille. Merci, pour l’attention et l’accueil, merci. 

Pour quitter la ville nous passons par le pont de Glienicke qui relie Potsdam à Berlin. Lors de la guerre froide, ce pont était la frontière entre la RDA et le secteur américain de Berlin Ouest, on le nommait le “Pont des Espions”. Aujourd’hui, la frontière entre l’Est et l’Ouest est également visible grâce aux couleurs du pont, un vert plus vif d’un côté que de l’autre, dues aux traitements différents employés par les deux secteurs. Notre dernière curiosité de la ville. 

 


 

A voir à Potsdam – Résumé :

  • Le Palais Sanssouci et son parc
  • Quartier hollandais
  • Quartier russe
  • L’Alter Markt
  • Luisenplatz avec sa porte de Brandebourg
  • Babelsberg

 


 

Leave a Reply