Pourquoi j’ai commencé Freeletics

Comme un grand nombre de personnes sur Terre, j’ai pris une bonne résolution pour l’année 2015 : faire du sport et surtout, s’y tenir. Car l’année dernière je voulais faire la même chose, j’avais commencé à courir régulièrement, réussi à faire un 10 km sous l’heure mais l’été est arrivé, il faisait chaud, trop chaud pour courir, mal de genoux, excuses bidons, manque de motivation et de discipline, je ne courais plus autant. Un 5km par mois ne suffit pas à se tenir en forme, ni les quelques séances de fitness dans son salon devant Gym Direct. Bref, il fallait trouver autre chose :

  • Une salle de sport ? Non, trop cher

  • Des cours dans l’association sportive de mon village ? Pas assez de séances par semaine

 

La révélation : FREELETICS

 

Puis un jour, mon chéri (tout autant motivé à faire du sport que moi) m’a parlé de ce « Freeletics ». Il regardait depuis un petit moment toutes les vidéos de transformation, de workouts disponible sur Youtube. Je m’y suis également intéressée plus en détails et j’ai tout de suite adhéré au concept. Il faut dire que leur marketing est très bien rodé et les vidéos sont très motivantes, axées sur l’émotion, la communauté, le partage. J’ai pu comparer les vidéos de présentation entre Insanity et Freeletics, on voit très bien la différence entre le marketing américain d’Insanity (bourrin) et allemand de Freeletics (émotion).

Freeletics

 

Mais qu’est-ce Freeletics ?

 

Freeletics est un programme de fitness avec coach numérique développé en Allemagne, qui peut s’apparenter à du CrossFit. Les workouts sont intensifs et réalisables uniquement avec le poids du corps. Chaque plan d’entraînements est personnalisé selon son objectif (travailler le cardio, la force ou les deux) et selon ses progrès.

 

fr details

 

Pour être plus concrète, lorsque vous vous inscrivez à Freeletics et choisissez de prendre le coach virtuel (39,90 € pour 15 semaines), on vous demandera de faire un test d’effort pour personnaliser votre programme (squats, situps et burpees le plus rapidement possible). Puis vous choisirez votre plan d’entraînement : cardio, force ou les deux ; 2 / 3 / 4 / 5 … fois par semaine selon votre agenda. Ainsi vous obtiendrez votre programme avec la liste des workouts aux noms de Dieux Grecs (Aphrodite, Venus, Hyperion, Zeus …) à réaliser en une semaine.

 

Ma propre expérience Freeletics

 

En commençant ce programme, je ne pensais pas que ça allait devenir une telle addiction. On fait nos workouts, des runs, on regarde notre position dans le classement, nos progrès, on s’encourage grâce à la communauté Freeletics. On en veut toujours plus, on se donne au maximum pour battre nos records et on fait les workouts coûte que coûte : #NOEXCUSES.

 

J’ai l’avantage de m’entraîner avec mon copain et même si nous ne faisons pas tous nos exercices ensemble, on se motive et on prend goût à la compétition (« haha tu as vu ? Je suis passée devant toi dans le classement des points » ! Bien sûr, cela reste de la taquinerie).

 

Je suis dans ma 6ème semaine d’entraînement et je remarque que mon corps se muscle ainsi que les progrès réalisés. Par exemple, mon tout premier workout était un Aphrodite (au total : 150 Burpees, 150 squats et 150 situps) que j’ai réalisé en 51 minutes 14 secondes. Ce fut l’entraînement le plus difficile de ma vie (je suis une ancienne sportive), j’ai pris des pauses mais je l’ai terminé, qu’importe le temps. 3 semaines plus tard j’avais à nouveau un Aphrodite que j’ai terminée en 31 min 59 sec, 20 minutes de moins ! Une semaine après ce record, j’ai réussi à passer en dessous des 30 minutes en réalisant un chrono de 28:38.

 

Conclusion : points forts / points faibles

 

Points forts :

  • Des workouts facilement réalisables, pas besoin de matériel (juste barre de traction si vous souhaitez faire cet exercice à la maison) ;

  • Un plan d’entraînement complet et personnalisable ;

  • Le côté communauté qui permet de partager, de se motiver ;

  • Des vidéos pour montrer les mouvements à réaliser ;

  • Prix très raisonnable ;

 

Points faibles :

  • L’application doit être encore en pleine phase de développement et elle crash chez moi quand je navigue trop vite entre les différents onglets ;

  • Parfois on peut hésiter sur le comptage des exercices, mais la communauté est là pour nous répondre ;

 

Alors, vous commencez quand Freeletics ? Si vous souhaitez nous suivre :

FullSizeRender (1)

 FullSizeRender

 

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à aller voir leur site internet, page Facebook ou YouTube.

 

Pour se motiver, quelques citations :

 

freeletics quote3

freeletics quote

freeletics

© Toutes les photos viennent de Freeletics


1 commentaire sur “Pourquoi j’ai commencé Freeletics

  1. Hello,

    Sympa comme article. Je pratique aussi Freeletics depuis le début de l’année (sauf depuis une semaine vive la blessure). Et ce fut un réel changement pour moi. Après quasiment 10ans sans faire du sport régulièrement :).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *